Caboter sur la Basse-Côte-Nord

Bateau de pêche naviguant dans le détroit de Belle-Isle en le Québec et Terre-Neuve

CABOTER DE RIMOUSKI À BLANC-SABLON, UNE EXPÉRIENCE INOUBLIABLE

Pour beaucoup de monde, ce qui est situé à l’est de Natashquan demeure un véritable mystère. Des lieux aux noms exotiques comme Kegaska, La Romaine, Tête-à-la-Baleine et La Tabatière. La Basse-Côte-Nord se voit bien garder par sa relative inaccessibilité. À la frontière du Labrador, Blanc-Sablon! Un village situé à plus de 800 kilomètres à l’est de Sept-Îles. Pour s’y rendre, pas de route ou presque… Et l’avion pour le prix d’une destination du bout du monde. Pour ceux et celles qui acceptent de partir à l’aventure par la « mer », un monde surprenant se révèle sur le trajet « Relais Nordik ».

Le navire Bella Desgagné au quai de Natashquan
Le navire Bella Desgagné au quai de Natashquan
Gréement de pêche sur les rives de Natashquan
Gréement de pêche sur les rives de Natashquan
Une balade dans les rues de Kegaska
Une balade dans les rues de Kegaska

C’est à bord du Bella Desgagnés que l’expérience se vit! Une fois par semaine d’avril à janvier, le navire de 97 mètres de longueur assure la liaison et le ravitaillement des communautés isolées de la Basse-Côte-Nord. Le voyage jusqu’à Blanc-Sablon s’effectue en quatre jours et trois nuits. Le trajet est ponctué de onze escales qui surviennent à toute heure du jour et de la nuit. Le retour se fait quant à lui, en deux jours aux mêmes ports, mais cette fois, en version abrégée et à des heures différentes.

Signalisation vers l'épave du Brion
Signalisation vers l'épave du Brion
L'épave du Brion non loin de Kegaska
L'épave du Brion non loin de Kegaska
Le capitaine du Bella Desgagnés, François Nadeau, admire le coucher de soleil depuis la timonerie.

Caboter sur la Basse-Côte-Nord, c’est vivre au rythme de la mer, vivre au rythme de ses éléments. C’est observer le travail du capitaine et de son équipage. À l’image de l’aviation de brousse, ils négocient les passages parfois étroits avec de forts courants. Ils effectuent des accostages à quai pouvant être houleux et où la moindre fausse manœuvre pourrait endommager le navire. Les opérations de cargo se font dans des conditions qui requièrent doigté et finesse de la part du grutier. Le Bella Desgagnés est équipé d’une grue d’une capacité de 40 tonnes. Elle est si grosse, qu’elle pourrait même soulever et transporter un motorisé comme « bagage ».

Tête-à-la-Baleine
M. Monger, Tête-à-la-Baleine
Dans ce décor aride aux airs de toundra, Gilles Monger, un personnage bien sympathique, guide les quelques touristes voyageant sur le Bella Desgagnés, lors d’une escale à Tête-à-la-Baleine.

De Sept-Îles à Natashquan, les habitués de la Côte-Nord resteront en terrain connu. Mais à mesure que le navire s’éloigne vers l’est, on découvre un monde où le dépaysement est au rendez-vous. Au gré d’escales comme Kegaska, La Romaine, Harrington Habour, Tête-à-la-Baleine, La Tabatière, Saint-Augustin, la Basse-Côte-Nord se laisse apprivoiser. Si ce n’était d’une signalisation typiquement québécoise, on pourrait facilement se croire dans une contrée lointaine en pleine Scandinavie. Une expérience intéressante pour un voyageur qui serait à court d’idée de destinations en sol québécois.

Mutton Bay
Mutton Bay
Mutton Bay
Mutton Bay
Rencontre sur le quai avant le départ
Rencontre sur le quai avant le départ
Arrivée à Harrington Harbour
Arrivée à Harrington Harbour
Harrington Harbour
Harrington Harbour
Sur cette photo, Howard Anderson, 71 ans, prend la pose dans les brumes matinales d'Harrington Harbour. Pêcheur et ancien habitant d'Aylmer Sound.
Chargé de fret, ce cargo mixte, assurant le ravitaillement et la liaison entre les villages, négocie les passages étroits près de Harrington Harbour.
Chargé de fret, ce cargo mixte, assurant le ravitaillement et la liaison entre les villages, négocie les passages étroits près de Harrington Harbour.

Le matin du 4e jour en « mer », la fébrilité est palpable sur le 8e pont du Bella Desgagnés. Dès l’apparition du premier rayon de soleil, les yeux sont rivés sur le détroit de Belle Isle. D’un côté, on aperçoit Terre-Neuve. De l’autre, les rives morcelées de la Basse-Côte-Nord. Ce n’est pas fini, le clou du spectacle est devant nous! Les premiers icebergs du trajet surgissent au loin. Ce matin, nous sommes chanceux. Après des jours de navigation dans un épais brouillard, une quinzaine d’icebergs scintillent sous un ciel sans nuage. D’un regard émerveillé derrière ma lentille, je capture ces images précieuses, qui me sont tout à fait inhabituelles.

Les premiers icebergs font leur apparition dans le détroit de Belle Isle. Ces sculptures de glace façonnées par les éléments de la nature défilent en silence au large de la côte.
Blanc-Sablon en vue
Blanc-Sablon en vue
Les officiers de relève naviguent dans le golfe du Saint-Laurent au crépuscule. Aux aguets, ils montent la garde pour cette navigation de nuit.
Les officiers de relève naviguent dans le golfe du Saint-Laurent au crépuscule. Aux aguets, ils montent la garde pour cette navigation de nuit.
Le capitaine François Nadeau a la mer dans la peau. Véritable « capitaine de brousse », il s’occupe avec un calme olympien des manœuvres d’accostage les plus difficiles.
Le capitaine François Nadeau a la mer dans la peau. Véritable « capitaine de brousse », il s’occupe avec un calme olympien des manœuvres d’accostage les plus difficiles.
La Basse-Côte-Nord est composée de plus de 4000 îles et îlots. Un véritable labyrinthe pour les marins.
La Basse-Côte-Nord est composée de plus de 4000 îles et îlots. Un véritable labyrinthe pour les marins.

Pour consulter ma chronique voyage parue dans le : Journal de Montréal

INFORMATIONS UTILES

Pour en savoir plus sur la destination de la Basse-Côte-Nord : Tourisme Côte-Nord

Pour tout savoir sur la croisière du Relais Nordik : www.relaisnordik.com

Pour prévoir des excusions lors des escales : www.tourismebassecotenord.com

Pour réserver des activités lors des escales : Voyage Coste

1 Commentaires

Laisser un commentaire